La Maison des artistes: PEAU / SKIN : Alexis Lavoie, Gillian King & Hannah Doucet, May 11 - June 17

FACEBOOK EVENT

Exposition : du 11 mai au 17 juin / Galerie d'art contemporain
Vernissage : le jeudi 11 mai, 17h-22h

En réfléchissant sur la manière le monde nous affecte, difficile de ne pas réaliser à quel point comme êtres humains notre peau peut être mince, plus mince que du papier parfois. Les trois artistes présentés pour Peau / Skin à la Maison des artistes utilisent leurs peaux pour mesurer le confort – ou l'inconfort – du regardeur. En le construisant couche par couche par la superposition de la peinture ou le fixant comme une photographie, ils reproduisent le corps dans un processus de mise à nu, de fragilité, de vulnérabilité... Après tout, la peau est délicate et reflète les aléas de sa réalité même si certaines peaux s'épaississent et s'endurcissent laissant douter de l'habileté de ceux qui les endossent à ressentir le monde sous cette rigide protection.

Les artistes dévoilent, palpent et grattent les moindres recoins de l'épiderme afin de l'incarner dans leurs œuvres. La peau sous tous ses états est manipulée, retournée, explorée jusqu'à ce que chaque terminaisons nerveuses de l'épiderme ait été stimulée, même celles qui souvent demeurent dans l'ombre. Alexis Lavoie voit l'humour de la peau et utilise ce qui pourrait être la peau endurcie et tatouée d'un prisonnier endurci pour former des images. Dans ces fragments de peaux peints, le corps d'origine se détache pour se dissoudre dans l'oubli, un peu comme les idées reçues de sagesse politique.

Gillian King utilise sa propre peau pour percer, battre de grands tableaux afin de les plier à la soumission. Sa peinture gestuelle devient un crescendo d'hématomes et de traces dans des œuvres qui sont de l'envergure de « l'animal » humain où le corps se reflète dans la toile, par l'utilisation des tons de chair et de peaux, de terre et de cendres. Dans un tout autre type d'approche, Hanna Doucet, comme une couturière démente, imprime son corps sur le tissu pour ensuite coudre dans le coton rembourré ses contorsions. Les installations de Doucet explorent l'échec de la représentation et l'idée de la beauté dans la photographie. Pour cette exposition, l'artiste a créé un image sur mesure, à l'échelle humaine qui reflète les imperfections de notre propre peau.

La Maison des artistes aimerait remercier Eric Plamondon pour le commissariat initial de cette exposition. Au cours du vernissage de cette exposition, la MDA présentera quelques événements surprises. Venez participer, prêts à être inspirés et étonnés!

—————

Exhibition : May 11 - June 17 / Contemporary Art Gallery
Opening : Thursday May 11, 7-10 pm

At times one has to wonder how the world has become what it has; to what point must we travel as a collective race of humans to realize that our skins are thin— paper thin— in some places.
The three artists presented in Peau / Skin for la Maison des artistes all wear their skin in a measure of comfort or discomfort for the viewer. They build layer upon layer of paint, or construct photo likenesses of their bodies in a journey of self exposure, or fragility, of vulnerability. After all, skin is fragile and can be physically and easily damaged in reality. Metaphorically speaking some skin we build up and toughen like a crocodile's so that no amount of human emotions can penetrate it, this leaves one to ponder the wearer's ability to see the world in rigid experience.

Artists are like this, they poke and question and explore their skin and its contents until there is no stone left unturned— a scary business—turning the layers inside out to expose the bits and pieces no one likes to look at, exposed bits of nerve endings. Alexis Lavoie sees the humour of skin, the sensible use of it in images that stretch a thin layer of what could be the battered and tatted skin of a hardened prisoner, or the painted fragments of skin disappearing from the body into oblivion— much like the perceived ideas of political sagesse.

Gillian King uses her own skin to pierce and beat large scale tableaux into submission. Her gestural paintings becoming crescendos of bruises or human marks that create large works that 'are approximately the 'wingspan' of a human animal'. The artist's bodies interacts with the canvas, using flesh and skin tone colours, soil and ash. On the other spectrum, Hanna Doucet prints herself onto fabric and then like a mad seamstress, sews the likeness into cotton stuffed contortions of the body. Doucet's installations explores the failure of representation and the idea of beauty within photography. For this exhibition the artist has created a life size stuffed image of herself which reflects the imperfections of our own skin.

The Maison des artistes would like to thank Eric Plamondon for initially curating these artists. For the exhibition opening, la MDA will be hosting a few surprise events. Come ready to participate, be inspires and awed.

La Maison des artistes visuels
219 Provencher Boulevard
Saint-Boniface, Manitoba
Canada R2H 0G4
Wednesday to Friday 12 - 6 PM
Saturday 12 - 4 PM
(204) 237-5964

maison@mts.net

La Maison des artistes is wheelchair accessible through a side door ramp and elevator. Please call to the gallery to have someone meet you at the doors.